"... lieu d'accès les plus rudes et les subsistances y parviennent avec peine. On y arrive par des chemins artificiels composés de pièces de bois transversales qui couvrent des précipices affreux ..." - d'après un montagnard en 1793 -